Archives par étiquette : Bujumbura

Les trois grands péchés récents du pouvoir de Bujumbura

Affaiblir le cercle des généraux, un limogeage qui ne devrait pas, un emprisonnement mal pensé, voici les trois grandes erreurs récentes, commises au mauvais moment, qui risquent de coûter cher au régime Cndd-Fdd.

Les militants du Cndd-Fdd en plein meeting.                Crédit photo: Iwacu

Les militants du Cndd-Fdd en plein meeting. Crédit photo: Iwacu

Toucher les Généraux

Ce fût un coup de tonnerre. Et c’est le fameux grand cercle des généraux qui a été touché, vexé, diminué et enfin affaibli. Nul n’ignore le poids que pesaient l’ex patron du Service National des Renseignements Adolphe Nshimirimana et l’ex chef de cabinet à la présidence Alain Guillaume Bunyoni dans le parti et dans tout le pays en général récemment touchés, quoi qu’ils fussent réputés pour « intouchables ». Leur départ semble avoir levé le voile sur le mythe Cndd-Fdd. Un parti jusque-là qui n’avait, visiblement, rien perdu de ses instincts de guérilla. Un journaliste se posait la question dans les colonnes de l’hebdomadaire Iwacu si l’aigle (emblème du parti présidentiel) ne serait pas en train de perdre ses plumes. Si, peut-être! Dans la mémoire collective, il ne représenterait plus la même force qu’hier. Et l’éviction des deux grosses pointures y serait pour quelque chose.

Limoger Niyombare

Il venait de prendre les rênes du service des renseignements. Trois mois après, un rapport accablant tombe. Le Général allait franco en demandant au président de renoncer à ses intentions de briguer un troisième mandat. Entre nous, que pouvait faire le chef de l’Etat ? Le limoger. (Je le soutiens). Sinon comment allait-il gouverner étant en conflit ouvert avec le chef de sa police ? [Le service national des renseignements= police présidentielle]. Mais là aussi, rien n’a été gagné. Le linge pouvait se laver en famille. Ils ont préféré l’étaler dehors. Soit. Godefroid Niyombare a été limogé. Personne n’ignore ce qu’il représente au sein du parti et dans le pays. C’est aussi un ancien guerrier de l’ex mouvement rebelle. Désormais, il est le symbole de ceux qui aspirent au changement au sein du Cndd-Fdd. Et le chef de l’Etat s’est créé plus d’ennemis dans son propre camp. La bataille la plus dure à gagner.

Emprisonner Bob

La pire des bourdes du pouvoir de Bujumbura. Il n’aurait pas dû. Pour les prochaines élections, l’attention portait peu sur la candidature du président, la question était plutôt de savoir si le peuple pourra dire « Non » à un « mandat de trop ». Là aussi, plus de doute. Le peuple est capable. Les détracteurs du pouvoir peuvent dire merci au grand « M » à celui qui a mis le directeur de la Radio Publique Africaine en tôle. Les récents manifs, du jamais vu au Burundi, lors de sa libération ont dégrisé les esprits.

Trois grosses erreurs que Bujumbura avec un pouvoir, qui, clopin-clopant, tente de prouver sa force, n’aurait pas dû commettre à deux mois des élections. Il reste à savoir si l’évasion de la prison d’Hussein Radjabu, ancien patron du Cndd-Fdd, qui défraie la chronique, n’apparaît pas comme première retombée des trois gaffes susmentionnées.

A Buja, nous avons tous raison

Embouteillage sur embouteillage. Les différentes artères de la capitale du Burundi sont inondées de voitures pendant certaines heures précises. Un vrai casse-tête. Au-delà des « nouveaux riches » qui font accroître le nombre de ces engins, un symptôme d’un grand cancer qui ronge nos âmes s’y cache.

 

En plein coeur de Buja

En plein coeur de Buja

Pointez-vous aux différents carrefours de Bujumbura le matin vers 8 heures, midi, et soir vers 18 heures, vous comprendrez une chose : tout le monde est pressé, et vous rentrerez avec un constat : tout le monde a raison. Une spécialité de Buja (Bujumbura pour ses fils et ses amis). Sinon que dire de ces dizaines de véhicules qui passent des heures à nous casser les tympans par des klaxons interminables, criant à qui veut les entendre, tentant de se frayer du chemin par tous les moyens, passant par les trottoirs des piétons, prêts à sauter faute de pouvoir dépasser, le respect du code de la route, ou plutôt le respect d’autrui, étant devenu une vieille histoire, démodée, digne que pour nos aïeuls.

L’iceberg

Ouais, c’est peut-être la partie visible d’un grand malaise, un désordre qui nous habite, nous hante, nous tourmente pour enfin exploser dans de petits détails qui passent parfois inaperçus. Je pointe cette pratique qui s’érige de plus en plus en une culture, cet égoïsme qui nous fouette tous quand on cherche à être servi en premier au guichet de la banque même si l’on est dernier à franchir la porte d’entrée.
C’est  cette loi du moindre effort qui nous guide quand nous faisons grise mine, jaloux, de voir notre collègue promu au boulot alors que nous sommes conscients qu’il fait mieux que nous.

J’épingle ce désordre qui se révèle dans certaines banalités : ces petits emballages de chewing-gum qui jonchent les rues malgré les poubelles publiques érigées dans pas mal d’endroits. Cette police, plutôt ces policiers-il ne faut pas globaliser-qui vendent les permis de conduire au lieu de faire passer le test aux futurs conducteurs, comme le dit la loi, afin de nous éviter cette cohue des véhicules qui ne savent plus lequel devrait passer en premier, bousillant ainsi notre temps.

Au final, c’est cet ego, cette médiocrité, ce manque de sagesse, ces calculs spéculateurs qui nous tordent, nous faisant tourner en rond, que je dénonce. Si seulement nous pouvions…Bujumbura serait…