Archives par étiquette : Barack Obama

Conflit libyen: France-USA, jouez aussi les pompiers !

charKadhafi est mort. Mais la Libye est restée là, tourmentée, brulée, déchirée par ses fils. Excepté ceux qui ont la mémoire courte, le monde entier se souvient de la campagne de mobilisation amorcée par les présidents américains et français, Barack Obama et Nicolas Sarkozy, en 2011 pour déchoir le « dieu » de la Libye. Qui n’a pas assisté à ce triste spectacle des drones américains s’acharnant sur les radars, les chars libyens ? Loin de moi l’idée de prendre la défense d’un dictateur qui a pris en otage le destin de tout un peuple pendant quarante ans. Mais quand l’heure des comptes sonnent, il faut savoir bien les solder.

Alors, qui n’a pas vu ces deux hommes défendre parfois l’indéfendable devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies pour prouver qu’en Libye grouillent des ennemis qui menacent la paix et la sécurité internationale, qu’il faut à tout prix carboniser par leurs missiles ? Ils ont allumé le feu sur les Libyens au nom de la libération des mêmes Libyens. Y’avait-il une autre alternative ? Non, me direz-vous. Je suis d’accord. Kadhafi était en train de massacrer son propre peuple et il fallait intervenir. Mais fallait-il s’en arrêter là ?

Certes les drones américains et les rafales français ne sont plus là mais les Libyens, eux, continuent à mourir, aujourd’hui comme hier, par centaines voire milliers. Et quels mots entend-t-on des discours occidentaux ? « Envisager, préconiser, analyser,… » Mais sous Kadhafi c’était « agir, frapper,… ». Il n’y avait visiblement pas le temps d’analyser, de préconiser ni d’envisager.

Le minimum aurait été de donner raison à Tiken Jah Fakoly : jouer les pompiers après avoir allumé le feu.

L’idée n’est pas panafricaniste mais mérite réflexion.

Sommet Etats-Unis/Afrique : ne vous laissez pas impressionner mon cher président

Perdu dans l’un des coins du Burundi, voici la lettre que j’envoie à mon président Pierre Nkurunziza qui est aux Etats-Unis à l’occasion d’un sommet historique.

Pierre Nkurunziza et John Kerry

Pierre Nkurunziza et John Kerry

Quand vous êtes parti, voici ce que certains Burundais ont dit : « Certainement que Barack Obama ou tout au moins le secrétaire d’Etat américain John Kerry va glisser un mot, en coulisse, à Pierre Nkurunziza sur ses intentions de briguer un troisième mandat ». Peut-être oui, peut-être non ! Qu’importe ? De toute façon vous n’êtes pas le seul devant la tentation, Monsieur le président.

Laissez-moi plutôt vous demander ceci. N’hésitez pas à regarder en face Barack Obama. Si jamais il vous parle de respect de la Constitution, j’espère qu’il ne le fera pas, parlez-lui de Gaza. S’il évoque le rétrécissement de l’espace démocratique, sortez-lui ses derniers aveux sur les cas de torture par ses services de renseignement après le 11-Septembre.
Il se peut que vous vous trouviez en position de faiblesse, n’hésitez pas de faire appel à vos homologues africains. Kagame est là, Paul Biya le vieux dinosaure du continent est également au rendez-vous. Vous êtes plus de cinquante face à un seul homme.

Bref, faites un bloc et négociez tous ensemble surtout pour ces accords d’échanges commerciaux. Formez les Etats-Unis d’Afrique face aux Etats-Unis d’Amérique. Malheureusement Mouammar Kadhafi le grand partisan du concept n’est plus. Et qui l’a tué ? Soit.

N’oubliez pas tout au moins de passer à Boston pour faire un petit coucou à cette Burundaise Fabiola Nizigama qui vient d’être primée par Obama pour sa promotion de la culture d’amarante. Pas seulement elle. Francine Niyonsaba, notre trésor en athlétisme, portée disparue dans les amphithéâtres américains. Dites-lui qu’elle manque à ses compatriotes et surtout révélez-lui que sa concurrente, la Kényane Eunice Sum, va l’effacer si elle ne revient pas vite sur la piste.

Du reste, j’espère que vous passez un excellent séjour au pays de l’oncle Sam.

Merci, Monsieur le président