Archives mensuelles : septembre 2014

Conflit libyen: France-USA, jouez aussi les pompiers !

charKadhafi est mort. Mais la Libye est restée là, tourmentée, brulée, déchirée par ses fils. Excepté ceux qui ont la mémoire courte, le monde entier se souvient de la campagne de mobilisation amorcée par les présidents américains et français, Barack Obama et Nicolas Sarkozy, en 2011 pour déchoir le « dieu » de la Libye. Qui n’a pas assisté à ce triste spectacle des drones américains s’acharnant sur les radars, les chars libyens ? Loin de moi l’idée de prendre la défense d’un dictateur qui a pris en otage le destin de tout un peuple pendant quarante ans. Mais quand l’heure des comptes sonnent, il faut savoir bien les solder.

Alors, qui n’a pas vu ces deux hommes défendre parfois l’indéfendable devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies pour prouver qu’en Libye grouillent des ennemis qui menacent la paix et la sécurité internationale, qu’il faut à tout prix carboniser par leurs missiles ? Ils ont allumé le feu sur les Libyens au nom de la libération des mêmes Libyens. Y’avait-il une autre alternative ? Non, me direz-vous. Je suis d’accord. Kadhafi était en train de massacrer son propre peuple et il fallait intervenir. Mais fallait-il s’en arrêter là ?

Certes les drones américains et les rafales français ne sont plus là mais les Libyens, eux, continuent à mourir, aujourd’hui comme hier, par centaines voire milliers. Et quels mots entend-t-on des discours occidentaux ? « Envisager, préconiser, analyser,… » Mais sous Kadhafi c’était « agir, frapper,… ». Il n’y avait visiblement pas le temps d’analyser, de préconiser ni d’envisager.

Le minimum aurait été de donner raison à Tiken Jah Fakoly : jouer les pompiers après avoir allumé le feu.

L’idée n’est pas panafricaniste mais mérite réflexion.

Seul Mugabe peut gouverner la France

Mal tombée. La quatrième conférence de presse du président français ce 18 septembre 2014 intervient dans un climat social lourd. Problème de François ou des Français ?

François Hollande hier devant 350 journalistes

François Hollande le 18 septembre 2014 devant 350 journalistes.

S’agit-il d’un mauvais président ou d’un peuple ingrat ? Ou tout simplement les deux ? Je suis toujours sidéré par cette France et les jérémiades de ceux qui l’habitent. Il n’y a pas plus de deux ans, ceux qui chantaient  » hosanna « à Hollande pour mettre à la porte Sarkozy, sont les mêmes qui crient aujourd’hui « crucifie-le ! ». Mais attends ! Deux ans ? Chers Français…

Ok. Je suis Africain et de toute façon de votre politique je n’y vois que des étincelles. Et d’ailleurs, chez nous en Afrique, vous aurez beau crier, pleurer, dénoncer, manifester, mais déboulonner le chef d’Etat de son fauteuil, il faut parfois d’abord lui laisser quelques décennies. Demandez aux Zimbabwéens, Camerounais, Burkinabè…

Pour tout vous dire, il vous faut une très belle leçon de patience. Car, chers Français, ne me dites que vouloir changer de président à moins de deux ans de la fin du mandat est une preuve d’incarnation des valeurs démocratiques. Et comme suggestion, Mugabe à l’Elysée, l’ayant d’abord plus que réussi chez lui, saurait bien comment vous rendre dociles ne fût-ce que pour vous apprendre comment tenir jusqu’à la fin. Sinon, François Hollande risque de larguer les amarres avant l’échéance malgré son pari d’hier devant cet essaim de journalistes qui étaient prêts à exploiter le moindre lapsus : « Je ferai mon mandat pleinement, complètement, sans même me préoccuper de ma popularité qui est dans l’état que vous connaissez ».

Pourquoi je soutiens la candidature de Pierre Buyoya à la tête de l’OIF

C’est peut-être celui qui va succéder à Abdou Diouf. L’ancien président burundais Pierre Buyoya brigue la tête de la prestigieuse Organisation internationale de la Francophonie. Mais dans son pays d’origine, l’opinion est loin d’être unanime sur le soutien de sa candidature.

Pierre Buyoya au studio de RFI

Pierre Buyoya au studio de RFI

Le débat fait rage chez nous, au Burundi depuis que Pierre Buyoya brigue la tête  de l’OIF. Alors que l’ancien chef d’Etat burundais fait le tour du monde pour défendre sa candidature, deux camps se démarquent dans son pays d’origine. Les « pour » et les « contre ». Chacun y va de son argument, défend sa position et tente de la faire avaler à ses amis. Visiblement, personne n’a totalement raison, ni tort d’ailleurs. Intéressant non ? C’est l’un des acquis du Burundi : le débat démocratique et la liberté d’expression.

Les camps

Revenons sur les positions des uns et des autres. D’abord ceux qui rejettent sa candidature. Ils sont nombreux et certains n’ont pas la langue dans leur poche. La dernière intervention qui vient de provoquer un tollé général est celle de la nommée « maman nationale », Maggy, la fondatrice de la Maison Shalom. Elle n’a pas fait de concession et y est allée tout droit : « Pierre Buyoya devrait plutôt rester au Burundi et nous expliquer comment les évènements se sont produits. Il y a eu tellement de morts, et il n’a rien dit ! », lançait récemment tout net, la dame de fer, sur Radio France Internationale. Certains sont froissés par la teneur des mots utilisés. « Elle est allée trop loin », murmurent-ils. Mais au-delà de la réserve, caractère cher aux Burundais, une question se pose : n’aurait-elle pas exprimé tout haut ce que d’autres pensent tout bas ?

Les patriotes

En face, une autre opinion. Ceux qui soutiennent la candidature de P Buyoya. En tête, le gouvernement du Burundi. Fer de lance de leurs arguments, le patriotisme. « Les chicaneries internes c’est pour la maison ! Dans le concert des nations, nous restons unis et parlons d’une même voix», justifient-ils.

Et moi ?

Quel Burundais resterait de marbre ? Un compatriote veut briguer la tête de l’une des grandes institutions internationales. Ce n’est pas fréquent. C’est peut-être une aubaine pour le Burundi de faire parler de lui, de (re)faire surface sur la scène internationale après tant d’années de guerre. En plus, le candidat vient de faire ses preuves dans différentes organisations (UA, OIF…) qu’il a servies efficacement. Il a honoré le pays. Le reste, gardons la présomption d’innocence comme garde-fou. Bref, je le soutiens fermement.

Mais il ne m’a pas totalement convaincu

Il n’y avait pas d’échappatoire possible. La question devrait et a dû lui être posée. « Monsieur le président, vous avez renversé le pouvoir deux fois, n’est-ce pas un handicap à votre candidature ? » Sa réponse, toute faite : « En Afrique, le problème n’est pas comment on accède au pouvoir, mais ce que tu en fais » Really ? Quel Africain ignore que l’un des grands problèmes majeurs du continent est le non-respect du jeu démocratique ? Faut-il encore rappeler les pertes matérielles, en vies humaines… Des pertes qui constituent les dommages collatéraux des hommes qui ont pris le pouvoir par la force.

Quoique, je reconnais ceci

Le pays garde, toutefois, un héritage en or massif de cet homme : ouverture du jeu démocratique dans les années 90, Accord de Paix d’Arusha en 2000 mettant fin à la guerre civile. Suis-je finalement en train de confirmer, sans le savoir, sa thèse selon laquelle ce qui importe est ce qu’on fait du pouvoir tout en se fichant du reste ? Non et non ! Seulement nous avons affaire à un homme le plus mystérieux de la planète. Le politique qui prend deux fois le fauteuil présidentiel par la force pour ensuite organiser les élections, accepte de négocier, et enfin céder, dans les conditions les plus démocratiques du monde, le pouvoir. Serait cela son atout majeur pour sa candidature ? Peut-être.

En tout cas, je ne peux que pour le moment lui souhaiter bonne chance. Le reste, attendons le 30 novembre.

 

 

Africains…où allez-vous comme ça ?

Je n’avais jamais évoqué ces jeunes qui périssent sur les rives occidentales à la recherche de lendemains meilleurs. Mon intervention est anachronique. J’avoue. Mais il fallait un petit recul. Un moment de réflexion. Echanger. Comprendre.

Des migrants clandestins tentent de franchir l'Europe

Des migrants clandestins tentent d’atteindre l’Europe

Dans les faits, l’Afrique reste le continent le plus touché par le chômage et le sous-emploi sur toute la planète. Mieux, ce sont les chiffres qui le disent, des chiffres de l’OIT qui font frissonner : sur les 75 millions jeunes chômeurs que comptait la planète en 2013, pas moins de 38 millions étaient Africains. Rien à redire. Sauf que le monde ne tourne pas uniquement grâce aux constats. Heureusement.

Il est des vérités qui échappent à la raison humaine et qui défient les lois de la nature. Quel Africain, jeune diplômé, ne s’est jamais heurté à cette phrase de celui en qui il voyait déjà son futur patron : « Désolé jeune homme. Ma boîte est pleine à craquer. Je pense même licencier certains de mes employés pour faire face aux charges devenues de plus en plus insupportables ». Dur à digérer n’est-ce pas ? Mais le patron a mille fois raison. Il doit protéger son entreprise et lui assurer la survie. Le jeune diplômé doit faire avec. C’est en Afrique. Il faut toquer ailleurs, implorer, persévérer, parfois reléguer aux oubliettes son diplôme et accepter n’importe quoi pour ne pas finir comme le jeune Tunisien, détonateur du « printemps arabe ».

Paradoxe

Le décor est planté. Telle est l’Afrique. Du moins, telle qu’elle nous est projetée, ou telle que nous la présentons souvent. Mais en réalité, l’Afrique n’est pas que ça. C’est aussi d’autres phénomènes parfois « troublants », défiant ces mauvais sorts qui semblent coller à la peau de la jeunesse africaine. Qui n’a jamais vu ces jeunes qui donnent l’impression d’être des aimants, qui, à la première entrevue avec le boss, ont déjà décroché leur contrat en poche ? PS : nous sommes toujours en Afrique !

Ce que j’ai compris

Sont-ils des heureux élus ? Des extra-terrestres ? Bien sûr que non ! Leur secret ? Demandez-leur un rendez-vous et échangez avec eux. En moins de cinq minutes vous aurez tout compris. Voici la grande conclusion que je tire à chaque fois que la chance me sourit de m’assoir avec ces oiseaux rares : ils ne se focalisent jamais sur les problèmes. Plutôt aux solutions. Ce sont des types qui, visiblement, sont faits pour relever les défis. Une vie normale, la routine, ne les intéresse pas. Seul un terrain hostile les attire.

Quand les autres s’empressent pour fouler Lampedusa au péril de leur vie, eux, ils savent que l’Afrique est leur terre promise. Ils ne regardent jamais la société pour pleurer avec elle, mais lui apporter des solutions. Quand ils se présentent devant un chef d’entreprise, ce n’est pas pour lui exposer leurs déboires de chômeur que personne n’a pratiquement pas envie d’écouter, mais pour amener leur pierre à l’édifice. Ils ne demandent jamais de l’emploi, ils apportent leurs services. La suite coule toute seule : aucun patron ne veut une charge de plus dans sa boîte, surtout en Afrique. Tout le monde est en quête de ces têtes qui font avancer les choses pour maximiser le rendement. Voilà où tout se joue, au niveau de la mentalité.

Facile de classifier alors : Etes-vous de ceux qui cherchent de l’emploi ou de ceux qui apportent leurs services ? Ce qui est garanti, la nature a toujours de la place pour ces derniers. Pour les premiers, pas si sûr.