Quelle excuse pour cette génération?

imagesCette fois-ci, grande est la convoitise des jeunes africains pour ceux de Kigali qui peuvent,désormais, surfer 24h sur 24, se renvoyer des rafales de sms via les réseaux sociaux sans visiter un cyber café, ou « googler » (si l’on pouvait dire ainsi) une leçon mal assimilée en classe. La capitale rwandaise vient de révolutionner le quotidien de ses citoyens en rendant accessible la connexion internet WI-FI, gratuitement, dans les places publiques.
Burundais que je suis, la bonne nouvelle pour mes voisins m’a, au premier coup, secoué. Mais, dois-je l’avouer, je n’avais presque pas la moindre idée de ce qui venait de se passer : libre accès à des milliards de livres pour les étudiants ! Que leur manque-t-il encore ? Peut-être le courage d’en profiter, ou pis encore, la conscience de ce privilège inédit. Comprendre qu’un étudiant rwandais, via son petit smartfone, peut se connecter à la bibliothèque mondiale, qu’il peut aller loin, très loin, dans ses recherches académiques, se mettre à la pointe d’une discipline qui le passionne, me permet d’affirmer, avec toute la prudence qu’il faut, qu’il n’y a presque plus de différence entre un étudiant de Havard et celui de l’Université Kist de kigali. Trop comme affirmation ! Mais à mon avis, rien ne vaut pour un jeune friand d’apprendre davantage, d’avoir accès à « tout ». Bref, toutes les cartes sont désormais dans les mains de la jeunesse rwandaise. A eux de jouer. Et comme disent les anglais : « this generation has no excuse ! ».

J’aurais aimé que cette chance soit donnée à toute la jeunesse africaine, particulièrement à mes compatriotes. C’est le moins que l’on puisse demander à nos dirigeants. Et l’on aurait moins de grognes, j’imagine, comme quoi tel est plus chanceux plutôt que tel autre. Le dénominateur commun serait le même : accès à tout, pour s’autoformer.

The following two tabs change content below.
gilbertbukeyeneza
Armel-Gilbert Bukeyeneza, Burundais, né en 1987, journaliste de profession et économiste de formation. Cadet d’une famille de quatre enfants. Mordu du sport, je porte un grand intérêt aux sujets qui interpellent la jeunesse (éducation, culture,…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *